Zoo de l’Orangerie : peut mieux faire.

Revoir l’intégralité des discussions sur le point 15 en vidéo

Point n°15 : Attribution de subventions à l’association des amis du zoo de l’Orangerie

 

Depuis 2004, la France, en application de la directive européenne 1999/22/CE considère que tout zoo digne de porter ce nom se doit de respecter a minima 3 conditions réglementaires dans ses aménagements et son fonctionnement :

– la prise d’engagements visant à la conservation de la biodiversité

– la mise à disposition des visiteurs d’informations détaillées sur les espèces exposées

– la présentation des animaux dans des conditions appropriées au vu de leur habitat naturel, de leurs habitudes et de leur espèce.

 

Ce n’est pas la première fois que j’interviens à ce sujet en cette enceinte.

 

Pourtant, si l’association des amis du zoo de l’Orangerie nous promet depuis des années une amélioration des conditions de conservation des espèces présentées, peu d’évolutions de ce dossier sont à ce jour perceptibles…

 

Pour remplir sa mission, l’association des amis du zoo de l’Orangerie perçoit de la mairie de Strasbourg une subvention annuelle conséquente de 230000€. Somme régulièrement complétée par des subventions supplémentaires pour des projets spécifiques.

 

Malgré ce soutien sans failles de la collectivité, les conditions de détention des pensionnaires du zoo restent, au regard des directives européennes, déplorables et, n’ayons pas peur de le dire, irrespectueuses de la législation en vigueur.

 

Je tenais enfin à rappeler qu’une plainte contrela France a été déposée par un collectif d’associations auprès de la Commission Européenne pour non-application de la directive Zoo et que le zoo de Strasbourg est désigné par ces associations comme posant particulièrement problème.

Rappelons qu’en Espagne, cette démarche a déjà conduit à la fermeture de plusieurs zoos.

 

Il n’est pas dans notre volonté de vouloir fermer ce lieu cher aux strasbourgeois. Mais sa situation est alarmante et il convient selon nous d’agir rapidement pour que les choses puissent enfin évoluer : ce zoo ne peut continuer à rester en l’état pendant encore plusieurs années…

 

La législation préconise, pour le bien public, une expertise externe pour évaluer les installations en regard de la législation et des besoins des animaux concernés. Nous attendons donc qu’une commission d’expertise soit enfin mandatée, en lien avec les associations de protection animale, pour établir un état des lieux précis de ce zoo et de ses conditions de fonctionnement.

 

Ceci afin que le zoo de l’Orangerie puisse rester un lieu de loisir et d’éducation où tous les strasbourgeois pourront se rendre, dans le respect des règles de droit et de la condition animale.

 

Intervention de M. Eric SCHULTZ – Conseiller municipal
Co-président du Groupe des Elu-e-s Europe Ecologie – Les Verts de Strasbourg
pour le groupe des élus EELV

 

Remonter