CM du 21 novembre 2016 – Points 14 – 15 et 16 : Liaison routier Fritz Kieffer

Conseil municipal du lundi 21 novembre 2016

Point 14.   Désaffectation du site du SUC sis rue Fritz Kieffer à Strasbourg-Ville et déclassement du domaine public d’une emprise foncière du site.

Point 15.   Cession par la ville de Strasbourg à l’Eurométropole de Strasbourg d’une emprise foncière située rue Fritz Kieffer à Strasbourg.

Point 16.   Déclaration d’intérêt général du projet de liaison routière entre l’ancienne autoroute A 350 et la rue Fritz Kieffer, liaison dénommée rue « Alice Mosnier ».

 

Intervention de M. Jean WERLEN,
Conseiller municipal, co-président de Groupe

Pour le Groupe des Elu-es Ecologistes et Citoyens de Strasbourg

Chers collègues,

Quel est l’objet de cette délibération ?

L’implantation du Parc Expo, provisoire ou définitif ? Non, dommage nous y sommes favorables.

Un meilleur maillage de Strasbourg Nord avec Schiltigheim ? Pas plus, et pourtant un plan d’ensemble pour tous les déplacements aurait été pertinent.

La résorption de la bretelle autoroutière ? Non plus.

En fait il s’agit, de faire rentrer plus encore d’automobiles dans le quartier du Wacken. Soigner le mal par le mal et sans dose homéopathique. L’ordonnance est tout de même de 8 millions d’euros !

L’argumentaire principal présenté ici s’articule intégralement autour de besoins de circulations automobiles justifiés par l’extension du Palais de la Musique et des Congrès, le parc des Expositions, le Quartier d’affaires internationales et tout ce qui arrive. Tous ces projets sont invoqués sans analyser le rapport des effets et des causes induits par l’augmentation des dessertes routières. Cette logique, fera inévitablement « appel d’air » à de nouvelles automobiles et renforcera les congestions routières. Les nuisances qui seront générées, pollution de l’air, bruit, impact sur les espaces naturels environnants, ne sont pas équilibrées par un réel service supplémentaire pour l’agglomération. Tout cela alors même que ce quartier est fort bien desservi par le tram et abrite un parking relais loin de la saturation et, hélas, bientôt un second.

Si nous lançons la construction d’infrastructures routières, et prévoyons de nouveaux barreaux routiers en laissant au second plan le développement des transports collectifs, nous risquons l’incohérence. Nous serions également incohérents en oubliant les besoins de nos voisins de Schiltigheim et avec une stratégie globale incompréhensible.

Nous sommes toujours incohérents en réfutant systématiquement l’avis du commissaire enquêteur. Celui ci a rendu, si je ne m’abuse, un avis défavorable sur ce projet. En sus des inévitables nuisances, des impacts négatifs sur la trame verte et la continuité écologique du secteur, il pointait aussi un manque concertation et un dialogue insuffisant. Ce, malgré une forte participation des citoyens. A l’heure ou nous devons redonner confiance dans nos institutions, cela fait contradiction.

Ne sommes nous pas incohérent avec le DOB, plus tôt dans l’après midi ? Le coût de ces travaux est estimé pour la Ville et l’Eurométropole à plus de 8 millions d’euros et en augmentation de 3 millions par rapport au projet initial. Alors que la Ville comme l’Eurométropole doivent prioriser leurs actions et s’astreindre à une sobriété certaine.

Notre attractivité repose, de plus en plus, sur nos politiques de mobilité douce. Strasbourg a même été cité dans le TOP 5 des villes cyclables dans le monde. Il n’y a actuellement aucune difficulté à accéder à des sièges sociaux, à des activités tertiaires, au parc des expositions ou encore à un lieu de culture par les transports collectifs et les modes doux, bien au contraire ! Le maillage de transport en commun est important dans ce secteur, et doit être renforcé. N’oublions pas non plus, les plans de déplacement interentreprises, les expérimentations menées dans le cadre de la mission des temps, ou encore l’utilisation des outils Optimix. Nous avons là, des pistes pour réduire le trafic sur ce secteur. A l’heure de la COP22, la question n’est plus de distribuer les flux, mais bien de les réduire.

Il ne s’agit pas de dire qu’il n’y aura jamais de barreau et moins encore de geler l’aménagement de ce quartier mais de procéder avec une logique plus globale, plus ambitieuse, plus largement ouverte sur l’agglomération, plus respectueuse des moyens dont nous disposons qui pourraient notamment comprendre une liaison directe avec la gare. Cette voie d’accès supplémentaire est-elle si urgente alors que le projet du PEX est ajourné au-delà de 2020 ?

Nous devons entendre «la sagesse» du commissaire enquêteur. Celui-ci appelle à un report de ce projet lors la construction du PEX et à une enquête publique commune aux deux projets.

Les élus écologistes et citoyens s’abstiendront donc sur cette délibération et les suivantes numérotées 15 et 16.

Remonter