CEMS 03 03 2017 – Pour un budget résolument engagé dans les transitions !

Conseil de l’Eurométropole du 3 mars 2017

Point 2 Budget primitif 2017 de l’Eurométropole de Strasbourg

Intervention de Mme Marie-Dominique Dreyssé, conseillère déléguée au développement et à la gestion de l’hébergement d’urgence, co-présidente de groupe.

 Pour le Groupe des Elu-es Ecologistes et Citoyens de Strasbourg

Monsieur le Président, Mes chères collègues,

Tout d’abord, nous souhaitons saluer le travail des services pour la qualité des documents, et aussi l’ensemble des agents du service public qui œuvrent tous les jours pour l’intérêt général.  Rappelons qu’ils sont les maillons indispensables de notre pacte républicain. Or aujourd’hui dans cette période électorale, ils sont régulièrement attaqués et les annonces pour l’avenir, avec des baisses de dotations et des suppressions de postes parfois massives, nous inquiètent particulièrement. Car les collectivités et nos agents ont déjà payé un lourd tribut dans le cadre du redressement des finances publiques ces dernières années.

Pour en revenir à notre budget, il est marqué cette année par plusieurs éléments importants : le premier, l’élargissement de l’Eurométrople à 33 communes avec l’intégration de la Communauté commune des châteaux, le deuxième la mise en œuvre de la loi Notre avec les transferts de compétences du département notamment dans le domaine social et la voirie, et le troisième et bien entendu le dossier Senerval et ses surcoûts. Les défis sont nombreux.

Pourtant ce budget s’inscrit dans la continuité, malgré les baisses de dotations, il traduit pour la troisième année d’affilée nos priorités politiques et les orientations prises depuis 2014 en matière de développement de transports publics et doux, de transition énergétique, d’une politique de l’habitat et de création de logements sociaux ambitieuse, pour le soutien à l’attractivité et l’emploi local.

Notre budget est à la fois volontariste et responsable, les chiffres le montrent: 208 millions d’investissements opérationnels, une dette et des taux d’intérêts maitrisés 2,07% en moyenne contre 2,78% nationalement, une épargne brute préservée 12,9%, une note relevée par Fitch… la maitrise budgétaire est bien là !

Il faut maintenir le cap et aller plus loin. 4 chantiers nous semblent prioritaires.

1 / Le premier chantier concerne la transition écologique ! Engager cette transition, c’est lutter contre le chômage et en même temps contre le dérèglement climatique, c’est de fait lutter contre les inégalités sociales et environnementales !
Les études économiques le montrent, c’est dans ce secteur que se trouvent les emplois de demain.  Les spécialistes l’affirment 23 000 emplois seront créés dans l’énergie solaire d’ici 2023. La rénovation thermique pourrait elle, en créer 75 000. C’est un pacte gagnant / gagnant pour notre territoire, l’Eurométropole doit prendre sa part.  C’est d’ailleurs le sens du rapport sur la transition énergétique du Conseil de développement de notre collectivité, dont il faut saluer la qualité des travaux, c’est aussi le chemin dessiné par notre plan climat air énergie, adopté fin 2016.

Nous ne partons pas de zéro. Les chantiers sont d’ores et déjà engagés, en témoigne la labellisation Cit’ergie, les différents appels à projets «territoire à énergie positive», «Ville et Eurométropole Respirable», «Zéro Déchet, Zéro Gaspillage». Ces projets permettent tous d’enclencher les dynamiques de transition en mobilisant des fonds nationaux, et surtout, nous l’espérons dans le futur des fonds européens pour porter des projets innovants et ambitieux. Je termine par la stratégie Zéro Déchet, Zéro Gaspillage, ce n’est pas un hasard… Au vu des montants des détournements des déchets, des frais et surcouts liés à Sénerval, nous n’avons plus le choix, il est urgent de réduire massivement nos déchets, de les réemployer, de les recycler de les valoriser. A court et moyen terme, ce sont à la clé des économies de fonctionnement, de ressources, et des emplois non délocalisables dans l’économie circulaire.

2 / le deuxième chantier concerne l’élaboration urgente d’un plan d’économie pluriannuel d’énergie et de réduction de tous les gaspillages sur 3 ans, grâce en particulier à l’action d’économe de flux dont le recrutement maintes fois annoncé n’est toujours pas effectif. Nous avons là des gisements d’économies et de ressources nouvelles importantes, de l’ordre de plusieurs millions d’euros.

3 / le troisième chantier porte sur la mise en place dans notre administration d’une cellule prospective pour la recherche de financements extérieurs qu’il faut rattacher au plus haut niveau de la direction générale de notre collectivité, car  c’est un enjeu majeur ! Nous devons pouvoir trouver les moyens pour jouer notre rôle de soutien et de moteur de l’économie locale. Nous sommes des européens, l’Europe impulse des orientations politiques dans de nombreux domaines qui font écho aux nôtres et qui permettent d’accéder à des enveloppes financières. Allons les chercher ! Nous nous félicitons de l’annonce faite par Caroline Barrière, mais nous espérons que cette AMO ne sera pas qu’une mission ponctuelle. Il faut intégrer et systématiser la recherche de financements extérieurs dans les pratiques de notre maison de manière pérenne et transversale.

4 / le quatrième chantier est le renouvellement de la commission de sobriété. Sortons des logiques de rabot, et approfondissons l’évaluation de nos actions avec des rapports coûts/avantages, la mise en place de critères qu’ils soient financiers ou extra-financiers environnementaux, sociaux, économiques, de bien être.

C’est dans cet état d’esprit constructif et tourné vers l’avenir, que nous voterons ce budget pour construire une Eurométropole inclusive, écologique et attractive !

Remonter