CEMS 28-4-2017 – Jeanne Barseghian – Avenant au contrat de DSP usine incinération

Conseil de l’Eurométropole de Strasbourg 28 avril 2017

Point n°27 : Avenant n°8 sur la convention de délégation de service public pour l’exploitation de l’usine d’incinération des ordures ménagères de Strasbourg et des équipements de valorisation énergétique et matière des déchets qui la constituent

 Intervention de Madame Jeanne Barseghian, conseillère déléguée à l’Eurométropole

Monsieur le Président, cher.es collègues,

 

Sur cet avenant en tant que tel, il semble ne pas y avoir grand chose à dire. Il s’agit d’un avenant avant tout technique, les travaux suivent leur cours selon le calendrier prévu, nous terminons la phase 1 et entrons dans la phase 2. Pourtant, nous ne pouvons pas juste nous satisfaire de cette lecture, et nous devons nous efforcer de regarder au-delà pour anticiper toujours plus.

Car cette délibération évoque également la préparation de la phase 3, qui ne concerne plus cette fois le désamiantage et le dépoussiérage mais la reconstruction des chaudières. Le début de cette phase 3 est programmé dans un an, début 2018, et là il y a débat. Il y a débat sur la reconstruction à l’identique de notre installation, sur son dimensionnement, et plus globalement sur l’adéquation de notre équipement avec nos besoins futurs.

En effet en matière de déchets, le contexte continue d’évoluer à grande vitesse :

Au niveau local, nos objectifs Zéro Déchet Zéro Gaspillage sont fixés, les acteurs du territoire se mobilisent, les initiatives foisonnent et les actions vont bon train. Nous avions hier soir notre première réunion de la commission prévention et gestion des déchets, sous l’égide de Francoise Bey, et d’ores et déjà, plusieurs communes se sont portées volontaires pour piloter ou participer à des travaux sur la question des déchets verts, sur l’éco-exemplarité des communes, sur la lutte contre le gaspillage alimentaire etc.

Au niveau régional démarre l’élaboration du SRADDET et notamment du PRPGD, qui sera je le rappelle prescriptif et donc s’imposera à nous. Une contribution claire et affirmée de l’Eurometropole est indispensable si nous voulons préserver les intérêts de notre territoire et ne pas subir ce schéma pour plusieurs décennies. Si nous ne fixons pas nos règles, nos objectifs, c’est clair, les autres le feront pour nous au risque de porter préjudice à nos politiques déchets mais aussi climat, énergie, qualité de l’air… Il serait confortable pour la Région et les territoires alentours de voir l’Eurometropole comme la future capitale régionale de l’incinération. Ce serait en totale contradiction avec notre politique Zéro Déchet.  A nous de rappeler clairement que les objectifs de la Loi de transition énergétique s’imposent à tous et de montrer l’exemple pour qu’à terme, tout le Grand Est devienne Territoire Zero Dechet Zero Gaspillage.

Dernier volet de cette période mouvante, au niveau national aussi les lignes bougent : l’Ademe vient de rendre un avis extrêmement intéressant sur l’avenir du traitement des OMR. Le constat est sans appel : la quantité d’OMR va significativement baisser à l’horizon 2025 et les exigences environnementales autour des usines d’incinération vont se renforcer. Les recommandations de l’Ademe sont claires : les collectivités doivent anticiper ces changements dès maintenant, continuer de mettre la priorité sur la prévention et le recyclage et préparer l’optimisation et la reconversion des unités existantes.

Concrètement cela veut dire mettre dès maintenant en adéquation nos équipements avec nos besoins de demain : car demain, nous produirons moins d’ordures ménagères résiduelles, nos biodéchets seront collectes séparément, et nos taux de recyclage vont doubler. Plus que de fours d’incinération, c’est de centres de tri, de sites de compostage et de méthanisation, bref, d’équipements adaptés dont nous aurons besoin. Cela signifie que le débat sur l’avenir de notre usine doit rester ouvert.

A ce titre, le groupe des élus écologistes et citoyens se réjouit que l’Eurometropole lance enfin cette mission d’accompagnement prospectif qui était très attendue. Celle ci devrait nous éclairer sur les investissements et transformations à réaliser. Et nous permettre aussi de préciser notre contribution au plan régional.

En conclusion Monsieur le Président, le groupe des élus écologistes et citoyens vous adresse une demande, c’est que, suite à cette étude prospective, à l’automne, l’Eurometropole publie ces résultats et les mette en débat. Nous proposons ainsi qu’un grand débat public puisse avoir lieu sur ces enjeux d’avenir.

Nous l’avons déjà dit, nous le répétons, cette année est décisive, gardons le cap Zero Déchet.

 

Je vous remercie.

 

Remonter