Comptes administratifs : nous sommes inquiet.es ! CM du 25/06/2018

Intervention de Jean Werlen, pour le groupe des élu.es écologistes et citoyen.nes

Monsieur le Maire, cher.es collègues,

D’abord saluons le travail de qualité réalisé par les services pour l’explication et la présentation de ce compte administratif.
Le groupe écologiste et citoyen approuvera ce compte administratif. Néanmoins, l’année dernière, nous avions constaté que notre collectivité arrivait, au prix d’efforts conséquents, à se maintenir à flot. Nous avions déjà exprimé notre inquiétude face aux annonces du gouvernement – confirmées depuis – sur la suppression de 70 000 postes dans la fonction publique, un plan d’économies de 10 milliards d’euros supplémentaires sur le quinquennat et la suppression de la taxe d’habitation.

Pour l’instant et malgré les baisses de DGF, nos indicateurs financiers se maintiennent encore tant bien que mal, notamment grâce à des recettes exceptionnelles d’un montant de 17 M€ et la capacité de désendettement de la ville est très correcte (5,8 ans). Mais pour combien de temps encore ? Notons que le taux d’épargne brute passe sous le premier seuil d’alerte de 10%.
Ce qui nous inquiète également, c’est que malgré tous nos efforts d’économies, nos dépenses réelles de fonctionnement ont enregistré une augmentation de 2,46%, principalement due à des mesures, exogènes, de revalorisation salariale (pour ceux qui savent calculer, 2,4 c’est deux fois plus que 1,2 %). Nous aurons le débat tout à l’heure sur le contrat financier avec l’Etat, mais l’on voit d’ores et déjà la contradiction qu’il peut y avoir à vouloir contraindre nos dépenses réelles dans un cadre déconnecté des réalités, et des mesures prises par l’Etat lui-même !
On en peut pas à la fois demander plus de résultat, transférer plus de compétences, demander aux collectivités de s’adapter rapidement à des mutations profondes et tout ceci en supprimant
leurs moyens d’action !

Les premières victimes de ces orientations sont les habitant.es de Strasbourg, mais aussi nos agent.es, ne l’oublions pas. Ayons un regard vigilant et attentif sur la stuation des personnels et arrêtons les suppressions de poste au rabot.
Renforçons l’évaluation de nos politiques en fonction de critères qualitatifs : coût à moyen et long terme, impact social et environnemental, santé publique… Les choix budgétaires doivent d’abord correspondre à nos priorités politiques, et non à une simple logique comptable.

Je vous remercie.

Remonter