Pacte de la démocratie locale – Conseil Municipal du 15/10/2018

Françoise Werckmann, pour le groupe des élu.e.s écologistes

 

Monsieur le Maire, mes cher.es collègues,

Après l’adoption du Pacte pour la démocratie et de ses dispositifs le 16 avril dernier, nous nous retrouvons aujourd’hui pour sa mise en œuvre concrète et attendue par et pour les Strasbourgeois.

Je suis fière et surtout impatiente de voir les débuts d’exécution des projets liés à ce Pacte. Il s’agit d’un droit d’interpellation donné aux citoyens, un dispositif novateur en France dans le cadre de la démocratie participative.

Le budget participatif sera dédié à la réalisation de projets construits et sélectionnés par les habitants.

Le droit de pétition citoyenne permettra aux habitants de nous interpeller sur des sujets d’intérêt général.

Ces outils de démocratie participative ouvrent une voie supplémentaire pour le débat public. Ils créent un lien plus fort entre les élu.es et les Strasbourgeois, pour la co-construction des politiques publiques locales. Notre Pacte de la démocratie ne sera un vrai pacte qu’à condition qu’il instaure ce dialogue réel entre les parties prenantes : collectifs citoyens, services et nous-mêmes. Cela a été le cas sur le renouvellement du marché de prestations des cantines strasbourgeoises pour promouvoir une assiette véritablement « éco-responsable » c’est à dire comportant plus de bio, plus de respect de la souffrance animale, moins de déchets donc plus de tri.. pour sortir du plastique, . La commission tripartite fonctionnant dans un premier temps à l’école élémentaire de la Niederau et qui à présent s’est élargie ici même dans nos murs autour de l’amélioration de l’assiette jusqu’au choix d’une cuisine sur place permettant une approche locale de la restauration.

Ainsi nous pouvons dire CELA a fonctionné et cela fonctionne. Oui, Nous avons fait bouger les lignes et à présent nous vous proposons dans le cadre de la semaine européenne de DL plusieurs débats dont celui de l’atelier « zéro perturbateurs endocriniens » de vendredi prochain.

Parlons, discutons, écoutons et débattons : ce sera là la clef de voûte et de la réussite de la vie de notre démocratie locale pour une ville inclusive et ouverte.

Et nos concitoyens sont demandeurs.

J’ai participé activement à ce grand chantier mis en place pour la Co-construction de ce pacte citoyen depuis mai 2017 avec Chantal Cutajar et d’autres élu.es, et avec de nombreux citoyens, habitants et agents de la collectivité. Je souhaite saluer leur volontarisme, leur implication et leur mobilisation sur des centaines d’heures de travail. Ces ateliers sont autant d’ateliers de réflexion citoyenne basés aussi sur un apprentissage d’une prise de parole favorisant le débat qu’il nous faut poursuivre et développer nous seulement à notre niveau mais dans les établissements scolaires, les quartiers, les centres socio – culturels.

C’est donc une démarche globale.  de concertation sur notre patrimoine commun avec les citoyens que nous créons là. Le budget participatif et le droit de pétition citoyenne que nous votons aujourd’hui n’en sont pas les seuls outils : droit à la co-construction, conseil de suivi et d’évaluation de la participation citoyenne en sont d’autres.

Ce droit de pétition est une sorte de référendum d’initiative citoyenne. C’est du buttom Up, et il est grand temps de le mettre en place. Ce point me semble très  important car c’est de la démocratie locale directe, c’est le point phare de notre pacte !

1 million de budget est également une mesure phare : c’est une première étape d’utiliser l’argent public, l’argent de nos concitoyens selon leur volonté et responsabilité. 1 Million c’est bcp ? mais si on regarde le montant de notre budget autour  de 699 millions, si on regarde celui de 1 milliard de l’eurométropole et des 500millions du GCO ….c’est tout simplement dirons-nous un bon début !

Ces projets innovants de démocratie participative nous permettrons de travailler ensemble sur des bases déjà solides réalisées sous le mandat précédent, et d’aller plus loin pour co-construire notre ville.

Il s’agit à présent de mettre en place un début d’exécution de DP. Actuellement, nous sommes au bout de notre système démocratique, c’est pourquoi il est nécessaire d’en activer le sens et l’implication pour faire « renaître la démocratie ».Il ne s’agit pas pour nous de lâcher du pouvoir mais de le partager car le citoyen est important tout le temps et même et surtout en dehors des élections sur les questions du vivre ensemble, de société, de santé, de déplacement, d’énergie…C’est la principale garantie d’une approche forte en terme de développement durable et de Transition écologique pour gouverner de manière différente avec prise en compte du long terme dans les priorités écologiques et sociales.

Nous étions plus de 2000 ce samedi après-midi, car il n’est jamais trop tard !

Stimuler, éduquer, informer la société civile, c’est elle le levier. Car à présent quand la société civile est assez puissante, alors seulement les gouvernants peuvent agir, les puissants ne pouvant plus agir.

Je vous remercie.

 

Remonter