Motion : Stocamine nous rappelle les enjeux de notre nappe phréatique. Adoptée au Conseil EMS du 1er mars 2019

L’annonce du 21 janvier 2019 du Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire de laisser enfouies plus de 40 000 tonnes de déchets industriels dangereux à 500 mètres sous terre à Wittelsheim ne pouvait satisfaire ni les élus locaux, ni les associations environnementales, ni les citoyens. La volte-face opérée quelques jours après pour lancer une étude technique d’un an sur le déstockage éventuel d’une partie des déchets tempère les décisions, mais les risques de pollution par la saumure jusqu’à la nappe phréatique d’Alsace sont réels et incontestables.

Les nappes phréatiques et l’eau sont notre bien commun et elles ne connaissent pas de frontières : Haut-Rhin, Bas-Rhin, Suisse, Allemagne, nous partageons sans la voir la plus grande nappe phréatique européenne. Partager ces ressources en eau, c’est aussi partager une responsabilité sur la pollution par les activités anthropiques : celles de l’industrie, de l’agriculture, de la chimie, etc.

La nappe phréatique d’Alsace, sur laquelle est assis le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg,  est aujourd’hui menacée. Quantitativement, la sécheresse estivale et les faibles précipitations hivernales dues au changement climatique n’ont pas permis une recharge active de la nappe.  Qualitativement, la nappe se dégrade avec une augmentation forte du nombre de pesticides relevés, la présence de produits phytosanitaires et de micropolluants dont les effets cocktail restent mal connus. Ils entraînent des dégâts pour la biodiversité et ont des effets sanitaires conséquents sur la population.

Le Conseil de l’Eurométropole s’est engagé en janvier 2019 par une convention multi-partenariale à l’échelon régional à mettre en place des contrats territoriaux pour la qualité de la nappe phréatique d’Alsace. L’urgence environnementale et les dangers qui pèsent sur les ressources en eau nécessitent davantage d’initiatives et d’actions pour changer nos modes de vie et de gestion de cette ressource vitale car en 2030, c’est un déficit global en eau de 40% qui est estimé par l’ONU. A son échelle, l’Eurométropole se doit de mettre en place sur son territoire plus d’actions concrètes et de sensibilisation par solidarité avec ses concitoyens, pour leur santé et pour la protection de ce bien commun épuisable qu’est l’eau.

Au nom du principe de précaution et pour garantir à tous ses habitants le droit à un accès à l’eau, consacré par la Charte européenne de l’eau de 1968 et la loi sur l’eau du 30 décembre 2006, l’Eurométropole de Strasbourg propose la tenue d’un événement sur les enjeux de la nappe phréatique d’Alsace. Ce Forum pour l’Eau devra permettre une meilleure connaissance des données sur l’eau et de la marge d’amélioration de la surveillance des sources de pollutions et produits chimiques ; tout comme une sensibilisation large et une communication auprès des habitants sur ces enjeux.

Pour accompagner l’Eurométropole de Strasbourg dans le renforcement de ses missions, ce Forum pour l’Eau intégrera les collectivités, les acteurs concernés, les associations, les citoyens, les institutions ayant pour mission la gestion de la ressource en eau ainsi que des entreprises portant des projets innovants avec un impact positif sur l’eau en Alsace. Plusieurs thématiques seront proposées : qualité de l’eau, qualité de la nappe phréatique, économie de la ressource en eau, enjeux transfrontaliers, problématiques sociales et de santé, droit à l’eau, actions dédiées aux publics…

Par la présente motion, l’Eurométropole de Strasbourg, en sa qualité d’autorité organisatrice du service public d’eau et assainissement :

  • prend acte des dangers qui pèsent sur les ressources en eau de son territoire et des territoires qui lui sont limitrophes ;
  • exige que, face au risque majeur de pollution des eaux souterraines, les déchets ultimes hautement toxiques de Stocamine (mercure, arsenic, cyanure, amiante…) soient extraits de l’ancienne mine de potasse de Wittelsheim dans les plus brefs délais, en vue d’un retraitement ;
  • propose l’organisation d’un événement dont l’objectif sera, après avoir fait un état des lieux circonstancié de la nappe phréatique, d’identifier les leviers d’actions pour la protection et l’économie des ressources en eau sur le territoire ;
  • s’engage à mettre en œuvre les préconisations issues de cet événement à travers des engagements partenariaux.

Remonter