Plan Climat 2030 : il est encore temps – mais l’urgence de la rupture c’est maintenant !

Conseil de l’Eurométropole du 5 avril 2019

Plan Climat Air Energie  

Alain Jund, pour le Groupe des élu.e.s écologistes

Nous avons aujourd’hui, une responsabilité particulière ; celle de délibérer mais surtout mettre en oeuvre ce Plan Climat dans les 10 ans.

Il est encore temps – mais l’urgence de la rupture c’est maintenant !

Merci tout d’abord à celles et ceux qui depuis 4 ans se mobilisent : services, élus, communes, citoyens, associations et entreprises. Il a fallu de la ténacité pour cette élaboration….et nous en faudra bien plus pour la concrétisation !

Vous connaissez toutes et tous l’attachement et les convictions des élus écologistes pour relever ce défi climatique et donc réussir cette rupture nécessaire. Elle vitale pour nous, pour nos concitoyens, pour nos enfants et pour le territoire.

Notre responsabilité, aujourd’hui, c’est donc adopter ce Plan mais c’est surtout de le concrétiser et de trouver les chemins de sa réussite sinon nous serions « irresponsables ».

Depuis des mois et des mois, des jeunes et des moins jeunes, des lycéens et des citoyens, des ONG et même des élus à Strasbourg et ailleurs marchent pour le climat. Ils alertent sur le retard pris par les pouvoirs publics en la matière. L’accord de Paris a été signé avec enthousiasme et espoir … 4 ans après nous savons que sa mise en œuvre est compromise au niveau planétaire et au niveau national.

La population et notamment les plus jeunes sont en avance sur les institutions et nous le redisent chaque semaine.

Le dérèglement climatique, il il faut le rappeler avec obstination, ce n’est pas demain et ailleurs mais c’est ici et maintenant sur le territoire de l’Eurométropole.

  • Le 13 octobre dernier la température strasbourgeoise atteignait 25,8°C. Jamais depuis que les relevés de température existent, nous n’avons eu un 13 octobre aussi chaud. Météo France rappelait que si nous n’agissons pas nous allions dépasser les 50°C en 2050.
  • Le nombre de jours de navigabilité sur le Rhin a déjà baissé de 30 % en 25 ans. A ce rythme notre fleuve majeur sur lequel circulent des millions de tonnes de marchandises entre Bâle, Strasbourg et Rotterdam deviendra inaccessible pour le  transport de marchandises. Si nous ne réagissons pas rapidement nous subirons un transfert massif de ces marchandises sur les camions…. Il n’est pas trop tard.
  • Un tiers de nos communes ont subi ces dernières années des coulées d’eaux boueuses avec inondations et autres dégâts. Pour les communes c’est des calamités pour les habitants, les activités et les finances publiques.

Et je ne parle pas ici de la diminution du nombre de jours de gel relevés à Entzheim, des dates d’ouverture des vendanges à Osthoffen et les jours récurrents de sécheresse qui mettent à mal notre nappe phréatique, ni la fermeture programmée de stations de ski dans les Vosges.

Cette situation, cette alerte majeure nous impose des objectifs ambitieux, des objectifs de rupture que nous partageons. Les ambitions de ce Plan Climat sont effectivement à la hauteur de notre défi collectif. Je reviens sur les principaux :

  • La rénovation thermique de 6 à 8000 logements/an norme BBC. Ces 10 dernières années nous en avons fait moins de la moitié, belle ambition !
  • Baisser de 40 % nos émissions de GES pour 2030 et les diviser par 4 pour 2050, les diviser par 4 en 30 ans, belle ambition !
  • Diminuer de 30 % nos consommations d’énergie à l’horizon 2030 et – 55 % pour 2050, belle ambition quand on sait qu’elles sont en hausse de 6 % en 20 ans
  • En matière de qualité de l’air prendre comme référence le cadre de l’Organisation Mondiale de la Santé et non plus les normes européennes, belle ambition en termes de santé publique. C’est une évolution notoire qu’il nous faut engager sur les déplacements, le chauffage, et plus simplement notre logique de croissance presque infinie.
  • Diminuer de + d’un tiers le flux automobile, de camions et de camionnettes sur toute l’agglomération afin que la « part modale » aujourd’hui de 47 % atteigne les 30 % en 2030. Moins 30 % : belle ambition à concrétiser, belle rupture à engager et quand on connait les résistantes à la matière y compris au sein de notre hémicycle. Il y a du boulot en perspective et je ne reviendrais pas sur les déchets et la biodiversité.

C’est le sens de notre vote aujourd’hui. Mais il y a un mais.

Je voudrais revenir sur nos propres paradoxes et nos propres « en même temps ».

  • Diviser par 4 nos émissions de GES et en même temps nous continuons à développer nos infrastructures routières et autoroutières….

à la rocade sud,

à la grand contournement ouest,

à la VLIO,

à on parle aussi de la voie nord pour les camions via la foret de la  Robertsau,

à sans oublier l’élargissement des rue d’accès au Wacken.

Quelle crédibilité avons-nous ? Nous adoptons un Plan et faisons son exact contraire.

  • Prétendre diviser par 4 nos émissions de GES et en même temps nous investissons au développement de zones commerciales

à 9 M pour la Zone Commerciale Nord

à 8 M pour la Zone la Zone Commerciale de la Vigie

  • Agrandir et  ouvrir des voies routières pour un modèle consommateur d’espaces naturels et accélérateur de dérèglement climatique : est-ce bien raisonnable et cohérent !

Ce modèle de dés-aménagement du territoire et une impasse et nous continuons.

CASTORAMA ferme  1/3 de ses magasins, IKEA commence à débaucher, le modèle « AUCHAN » court à la faillite et nous continuons à soutenir cette voie.

  • Prétendre diviser par 4 nos émissions de GES et subir la schizophrénie de l’Etat.
  • Faites de ce je dis mais ne faites pas ce que je fais… La cause de l’échec de la COP 21 non dans ses objectifs mais dans sa concrétisation.
  • Subir un pacte financier qui nous empêche toute marge de manœuvre pour engager les projets de transition et nous empêcher les investissements d’avenir
  • L’Etat qui met à mal, je reste poli, le soutien aux énergies renouvelables et arrête, au mauvais moment, l’aide aux ENR (géothermie, méthanisation)
  • L’Etat qui réduit les moyens des bailleurs sociaux et qui réduit à minima l’objectif de la rénovation de multiples logements y compris en redressant la ….. de location
  • L’Etat qui désormais aux abonnés absents quand il s’agit de développer les transports collectifs dans nos agglomérations.

Les écologistes voteront naturellement ce Plan Climat

Mais pour conclure avec 3 interrogations et propositions :

  • Soyons responsables et trouvons les moyens de sa concrétisation sinon nous nous retrouverons en 2030 dans le mur
  • Intégrer plus fortement la stratégie de sobriété dans nos politiques publiques et ne pas seulement transférer notre attention aux citoyens (ils sont en avance)
  • Il nous faut évaluer chaque dépense de notre budget avec le filtre climatique et énergétique … en nous demandant comment ce projet va contribuer à faire baisser nos émissions

Il est encore temps … nos concitoyens sont en attente…soyons à la hauteur de ces attentes….car cette transformation de notre territoire, cette rupture sur notre territoire doit se faire avec ambition, volontarisme et enthousiasme !

Il y a du boulot, presque tout reste à faire !

 

Remonter