Foyer Saint Louis : quel place pour le végétal ?

Point 7-8 : Vente de parcelles de la paroisse Saint Louis de la Robertsau

Conseil municipal du 29 avril 2019

Pierre Ozenne,

Vous soumettez au Conseil Municipal, la présente délibération en deux points.

  • Le premier point visant d’un côté à émettre un avis « favorable » à destination du Conseil de Fabrique de la paroisse St-Louis à la Roberstau, pour la vente de 3 parcelles.

Il est évoqué que le produit des ventes seraient fléchées par la Conseil de Fabrique, aux travaux de rénovation du foyer St-Louis.

  • Le second point, visant à l’acquisition par la Ville de Strasbourg, d’un des 3 parcelles à vendre par le Conseil de Fabrique, afin d’y installer le « Pôle de Service » de la Roberstau.

Tout d’abord, je tiens à souligner l’intérêt des Pôles de Service répartie sur le territoire de notre ville et ceux, pour faciliter l’accès par la population, de nombreux services regroupées et permettant ainsi de mutualiser sur un même lieu, les moyens de la Ville. Cela va dans le bon sens, me semble-t-il.

L’opportunité de créer un tel Pôle au centre de la Roberstau est tout à fait cohérent. Je suggère qu’un jalonnement au moyen d’une signalétique entre la future station de tram E située à 250 mètres et ce Pôle, soit installé, mentionnant de même, le foyer St-Louis.

Nonobstant, ces délibérations m’interpellent et m’interrogent.

En effet, cette délibération permet de sauver et maintenir le foyer St-Louis au cœur de la Roberstau. En effet, les sources de financement sont désormais trouvées pour réaliser les travaux nécessaires. J’ose espérer qu’à l’issue de ces travaux, le foyer sera pleinement ouvert et accessible à toute la population de la Roberstau, voire au-delà.

En revanche, je m’étonne que ce lieu désormais « sauvé », ne puisse finalement pas disposer, d’une manière ou d’une autre, d’une cour, sous forme de parc, de square ou autre, en liaison directe entre le foyer et le pôle de service de la Ville de Strasbourg.

Pour aller plus loin, pourquoi ne pas mixer un projet d’immeuble d’habitation limité au front de rue, à savoir la rue des Jardiniers, sur une parcelle de 4 ares, peu ou prou d’une surface équivalent à la parcelle mitoyenne dédiée au Pôle de Service, laissant ainsi, 8 ares pour un espace fonctionnant de concert entre le Foyer et le Pôle de Service, pour accueillir du végétal et, sous la canopée, un lieu de convivialité.

Ceci aurait, je pense, pu être mis au débat des instances locales et d’associations d’habitant ou de la paroisse, afin d’aboutir à un projet ambitieux et non seulement axé sur de l’immobilier.

Il y a pourtant une chouette articulation possible entre le Foyer, le Pôle de Service et ce terrain pour des animations de quartier ou pour des besoins d’habitants. La construction de logement, même si elle reste une nécessité, n’est pas la seule et unique façon de valoriser des espaces libres, y compris en plein cœur de quartier. Les dents creuses permettent aussi les espaces de respiration nécessaires aux habitants.

 

Remonter