Agriculture urbaine : un atout pour notre territoire et nos habitant.e.s

Conseil de l’Eurométropole du 03 mai 2019

Point 20 : agriculture – programme d’actions 2019 – 2020 et conventions de financement.

Martin Henry, pour le groupe des élu.e.s écologistes.

Cette délibération vise à réduire les impacts négatifs que peut induire l’agriculture sur notre territoire, tout comme la délibération relative à la convention de recherche et développement avec le BRGM pour éviter le ruissellement des eaux boueuses. Nous soutenons ces délibérations qui vont dans le bon sens.

Notre agriculture métropolitaine peut aussi devenir un acteur significatif dans la vie de l’Euro-métropole à plusieurs niveaux.

Je commencerai par les aspects écologiques. Les urbanistes qui se sont penchés sur le PPA envisagent la création d’espaces éco-nourriciers sur notre territoire. Nous pouvons produire et consommer à Strasbourg. Le film documentaire « Demain » mentionnait qu’aux USA le contenu de l’assiette parcourait une moyenne de 2 à 3.000 kilomètres. Je ne connais pas les chiffres français, mais même s’ils sont divisés par 10, réduire la distance entre la production et la consommation reste un bénéfice pour toute notre société. Dans le contexte de notre plan climat, l’agriculture peut apporter une contribution significative.

Un tel changement de modèle d’agriculture doit être sérieusement accompagné. Ce n’est pas le même métier de produire des céréales que faire du maraîchage. Ce changement nécessite une politique volontariste et ambitieuse de l’Euro-métropole pour accompagner les professionnels de l’agriculture.

Certaines communes se lancent pleinement dans ce défi de l’agriculture urbaine, comme à Grande-Synthe, où sous l’impulsion du Maire écologiste Damien Carême la municipalité acquière des terrains pour le maraîchage.

Or l’EMS comme les communes disposent de réserves foncières et sont en position de mettre en place un tel changement.  Nous avons une réelle opportunité pour apporter une cohérence écologique sur notre approvisionnement de nourriture.

Un tel changement nous permettrait aussi d’avoir un impact positif sur l’économie et tout particulièrement sur emploi. Le maraîchage et encore plus le maraîchage biologique nécessitent beaucoup plus de main d’œuvre que l’agriculture industrielle, et qui plus est d’une main œuvre nécessitant une formation très accessible, notamment au travers de l’insertion.

La commune de Schiltigheim s’est inscrite dans la démarche Territoire Zéro Chômage Longue Durée afin de faciliter l’insertion d’une partie des personnes privées d’emploi durablement. Sur les près de 4.000 demandeurs d’emploi vivant sur le banc communal, plus de 2.000 le sont depuis plus d’un an. Le développement d’un tel type d’activité permettrait à un certain nombre d’entre eux de retrouver du travail.

Nous devons engager une véritable réflexion sur le devenir de notre agriculture urbaine, qui est une véritable opportunité économique, écologique et sociale pour notre territoire.

Je vous remercie de votre attention.

 

Remonter