Santé publique, ressources, climat … les multiples bénéfices des repas végétariens dans les cantines

Question d’actualité sur la baisse des prix pour les repas végétariens dans les cantines scolaires

Jean Werlen, pour le groupe des élu.e.s écologistes

Monsieur le Maire, mes cher.e.s collègues,

Les écologistes, vous le savez, plaident depuis de nombreuses années pour une alimentation plus végétarienne en restauration collective, et notamment dans les cantines scolaires, que ce soit au niveau européen, au niveau national ou local.

Promouvoir le développement des repas végétariens à la cantine (mais aussi ailleurs) c’est s’engager concrètement vers un cercle vertueux :

  • pour la santé publique car toutes les études démontrent que « viande et & santé publique » ne vont pas de pair … bien au contraire

(Greenpeace a sorti un rapport l’an passé montrant que les enfants consommaient trop de produits carnées et laitiers, notamment via les repas proposés dans les cantines ) : viser de meilleurs apports nutritionnels et une alimentation plus diversifiée

  • pour le climat quand on connaît les dégâts et les effets en terme d’émissions de gaz à effet de serre que génèrent les élevages
  • En termes de préservation des ressources : il faut 13.500 litres d’eau pour produire un kilo de viande et 900 litres pour un kilo de soja voire 580 litres pour un kilo de patates
  • En termes de production locale et de préservation des espaces agricoles
  • Et bien sûr en termes de sensibilisation et de pédagogie sur le lien entre alimentation et environnement.

Nous soutenons donc le développement de cette alimentation végétarienne et proposons d’ailleurs que l’on puisse proposer dans nos cantines systématiquement un ou deux repas végétariens par semaine, comme le font déjà d’autres villes (Montpellier, Lille, Grenoble…).

En revanche, la proposition d’un tarif différencié nous interroge quelque peu puisque nous sommes aujourd’hui sur une tarification solidaire et progressive en fonction du quotient familial et qu’il nous semblé important que cela reste le cas. Ce point a-t-il été débattu au sein du groupe de travail Restauration scolaire ?

En résumé,  servir des repas végétariens c’est redynamiser le tissu agricole local,  réduire significativement leur empreinte carbone et servir des repas plus sains aux enfants.

Remonter