ZFE : nous n’avons plus le luxe d’attendre, le climat ne nous attendra pas.

Conseil municipal du 23 septembre 2019

Point 35 – Déploiement d’une zone à faibles émissions sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg

Pierre Ozenne, pour le groupe des élu.e.s écologistes

Monsieur le Maire, cher·e·s collègues,

Lors de la manifestation de samedi, je lisais une pancarte «  Quand je serai grand, je voudrai être vivant ! »

Nous avons à traiter à la fois les questions de la qualité de l’air et les émissions à Gaz à effet de l’air.

J’entends ici, dans cette enceinte, « nous ne sommes pas prêts ». Mais avons-nous le luxe d’attendre ?

Le climat ne nous attendra pas.

A écouter certains, on est sur le postulat que l’existant est intangeabible et immuable. Pourtant, c’est bien à nous d’agir pour créer les conditions qui permettent aux citoyen-nes de pouvoir disposer de comportement vertueux. Nous devons créer, nous élus, les conditions pour que les citoyen-nes ne soient pas en situation de victime.

Je rappelle que le 1er Sommet de la Terre était en 1972 à Stockholm : à l’époque, déjà nous disposions des informations sur les conséquences de nos modes de vie.

Donc on sait depuis 47 ans que nous devons décarbonner nos sociétés :

  • Transport
  • Logement
  • Industrie
  • Agriculture
  • Mais aussi nos comportements de consommateur.

Cette délibération acte l’urgence que nous avons à agir.

Oui, la taxe poids-lourds !

La loi instaurant la Collectivité Européenne d’Alsace fixe le cadre de cette expérimentation mais les fruits financiers sont à destination de la CEA. Œuvrons pour que l’EMS puisse bénéficier d’une partie des ressources afin de financier les alternatives.

Je rappelle que la loi « LOM » fixe à 2040 la fin des véhicules à moteurs diesels et essences.

D’ores et déjà, des solutions existent et qui ne sont pas anecdotiques !

Je pense aux vélos et aux vélos cargos notamment. Ils peuvent être en assistance électrique au besoin.

Ainsi, il devient aisé :

  • De parcourir des distances longues : 5, 10 voire 15 km en peu de temps ;
  • De transporter des charges lourdes, jusqu’à 250kg… dont les enfants, les courses, … et peut être une réponse les artisans par exemple.

Distances, efforts, et charges lourdes … étaient autant d’arguments qui motivaient de l’usage de la voiture particulière. Désormais, ils deviennent des arguments en faveur du vélo, du vélo-cargo … sans compter les effets bénéfiques sur la santé.

En conséquence, nous sommes prêts, car les outils sont prêts.

Travaillons pour les rendre accessibles.

J’observe qu’en matière de qualité de l’air, le GCO n’améliorera en rien la qualité de l’air … sinon nous n’aurions pas de ZFE.

Strasbourg doit être le moteur et donner le cap ; nous avons à avoir le courage d’apporter les explications à nos citoyen-nes.

 

Remonter