Oui à la démocratie participative et à la force de proposition des habitant.e.s !

Conseil municipal du 21 octobre 2019

Point 6. Modification des dispositions relatives à la mise en oeuvre du dispositif du budget participatif

Françoise Werckmann, pour le groupe des élu.e.s écologistes

Nous soutenons la démocratie participative à Strasbourg en tant que force de proposition pour aboutir à une évolution des pratiques dans le sens d’un accompagnement de la société civile aux transformations de nos sociétés dont celles liées à la transition écologique.

L’objectif est de faire prendre vie à la transition démocratique dans les domaines où Strasbourg s’inquiète : urgence pour une ville éco-citoyenne qui nous concerne tous, c’est à dire au niveau de nos projets de territoire qui se déclinent notamment dans le cadre de la transition climatique et énergétique et donc partagés par tous et toutes.

Elle est bien lancée et était déjà en action dans certains secteurs, tels que la restauration scolaire par exemple avec la création d’une commission tripartite composée déjà des parents d’élèves, des services et des élus qui a permis une relecture importante du cahier des charges dans un sens plus  écologique et tout récemment par la signature d’un avenant excluant tous les glutamates de cette restauration collective. C’est une avancée importante quand on sait qu’il s’agit d’aliments ultra – transformés.

Mais pour aller plus loin,  c’est à dire non seulement au retour de la cuisine sur place, mais pour la co-construction d’un monde éco-responsable vivable pour tous et donc pour une transition écologique. Dans ce cadre, la transition démocratique est indispensable et passe par une démocratie plus participative que nous ne pouvons pas nous permettre de rater.

Il y a urgence pour une ville éco-citoyenne qui nous concerne tous que ce soit au niveau du geste citoyen pour la propreté urbaine, au niveau de la qualité de l’air, de notre alimentation et de notre autonomie alimentaire, au niveau de notre projet de territoire pour l’accueil et l’accompagnement des personnes invisibles en situation de fragilité. Et je salue ici la matinée “démocratie participative” de samedi dernier 19 octobre organisée dans la salle de bourse place de la Bourse où nous avons appris la constitution du collectif de sans abri “la roue tourne” ce qui est une grande avancée démocratique permettant de rendre visible les invisibles trop nombreux dans nos citoyens pouvant ainsi se reconstruire et se prendre davantage en charge.

 

Remonter