Port aux pétroles et sécurité : préparons la sortie des énergies fossiles

Conseil municipal du 21 octobre 2019

Réponse à l’interpellation sur le Port aux pétroles

Jeanne Barseghian, pour le groupe des élu.e.s écologistes

Merci monsieur le Maire, mes cher.e.s collègues.

Je crois que dans l’interpellation de Monsieur Roos il y avait deux choses. Il y avait une partie qui à mon avis ne fait pas spécialement débat entre nous, qui concerne la prévention des risques, tout ce qui est gestion de crise, la bonne information de la population, la transparence la plus absolue, c’est un droit qui et d’ailleurs  acté dans la convention darus depuis 1998, le droit d’être informé sur l’état et les situations environnementale.

Je pense que là-dessus on est à peu près tous et toutes d’accord sur le fait qu’il faille renforcer cette information, cette transparence, pas seulement au moment des crises évidemment mais de manière régulière, y compris par des exercices, et pas seulement les populations qui sont juste à côté des usines et des activités concernées mais bien au-delà, puisqu’on l’a vu à Rouen c’est ce qu’il s’est passé au-delà de l’incendie de Lubrzol c’était ce nuage qui s’est justement déplacé avec des suies qui se sont déplacées plusieurs jours sur l’ensemble  du territoire et bien au-delà.

Là où il me semble qu’il y a peut-être plus de débat, c’est la question du moyen et du long terme, et de qu’est-ce qu’on veut faire ? Et là ce que j’entends dans cet hémicycle c’est celles et ceux qui voudraient déplacer les activités dangereuses, celles et ceux qui voudraient déplacer les activités dangereuses ailleurs, et qui celles et ceux qui voudraient déplacer les logements ailleurs.

Alors je propose une troisième voie qui ne serait ni l’un ni l’autre mais qui consisterait au contraire à travailler structurellement sur ces activités polluantes et en particulier les plus dangereuses pour la population à la fois parce qu’inéluctablement et en particulier sur ce qui concerne les hydrocarbures on sait bien, et d’ailleurs nous portons une transition énergétique, et nous portons une transition énergétique et nous portons ici collectivement un plan climat pour sortir rapidement de l’utilisation des énergies fossiles et préparer la société post carbone. Je ne l’ai pas beaucoup entendu mais je pense qu’il faut qu’on soit en cohérence avec les objectifs  qui sont portés par notre collectivité. La deuxième chose, c’est que des activités dangereuses personne n’en veut à côté à côté de chez lui, c’est le principe Nimby, par dans mon jardin, si vous les décaler ça ne fera pas des heureuses ou des heureux ailleurs. Donc si on part du principe que ce sont des activités dangereuses, dans ce cas-là ce qu’il faut c’est travailler à la mutation des activités.

Evidemment on se situe dans le moyen et long terme.  Ça ne se fera du jour au lendemain, personne n’a dit que c’était facile. Evidemment ça doit être fait en dialogue et en co-construction avec les entreprises concernées et avec les habitantes et les habitants concerné.es. à la place que l’on souhaite donner à ces industries dans le territoire.

Mais encore une fois, je pense qu’il faut voir plus loin et préparer cette société post énergie fossile et post carbone et aussi avoir en tête qu’avec le dérèglement climatique de nouveaux risques peuvent apparaitre, avec peut être des risques d’inondation liées au dérèglement climatique devraient âtre actualisés.

Remonter