Publicité numérique : nous ouvrons les vannes de la gabegie, du gaspillage et du gâchis !

Conseil de l’Eurométropole du 18 décembre 2019

Point 19. Approbation du choix du concessionnaire et du projet de contrat de concession de services relatif à la mise à disposition, l’installation, la pose, l’entretien . maintenant et l’exploitation de mobiliers urbains d’information à caractère général ou local, supportant de la publicité à titre accessoire.

Alain Jund, pour le groupe écologiste et citoyens de l’Eurometropole de Strasbourg.

Monsieur le Président, cher.e.s collègues, Avec cette délibération concernant le mobilier urbain, nous assisterons à une installation chronique et au développement de la publicité numérique à Strasbourg. Vous savez, ces grandes télés déjà présents en âge et qui vous agressent visuellement.

Pouvons nous accepter cette prolifération de ces publicités numériques….pour les élu.e.s écologistes c’est Non.

– dans quelques instants nous devrions adopter le Plan Climat qui prône la sobriété, l’efficacité énergétique, la diminution du gaspillage….et avec cette délibération sur la publicité numérique nous ouvrons les vannes de la gabegie, du gaspillage et du gâchis. 1 seul de ces panneaux c’est la consommation de 3 ménages par an…..

Quelle incohérence!

– quelle image donnons nous en terme d’exemplarité. C’est «  faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais ». Avec le Règlement Local de Publicité, nous demandons aux commerçants de limiter leurs enseignes, nous faisons, pour notre part, l’inverse.

– UNESCO et Decaux…..il faut choisir. On ne peut pas en même temps préserver et valoriser le patrimoine et mettre des grandes télés à tous les coins de rue. Notre patrimoine architectural ne peut pas cohabiter avec une vision d’image de gabegie de cette forme de publicité.

Juste un peu de cohérence !

– la publicité numérique est une agression pour le paysage, cette invasion récurrente génère du stress et de la crispation. Nous avons besoin à Strasbourg comme ailleurs de sérénité, de quiétude, et de bien être. Nous avons besoin d’une vision apaisée de notre ville et dans notre ville…cette délibération va à l’encontre de cette sérénité.

– la publicité numérique pose enfin des problèmes en matière de sécurité routière. Elle est accidentogène…à tel point que certains pays l’ont interdit. Elle a le même effet sur l’attention des conducteurs que le téléphone portable…

Alors juste un peu de cohérence !

Et ici, je ne parle même pas de l’impact de cette banalisation des écrits pour les enfants.

La publicité a été supprimée dans les programme « jeunesse » à la satisfaction de tout le corps médical.

Pour l’ANSES «  la lumière bleue est reconnue pour ses effets néfastes dangereux sur la rétine résultant d’un stress oxydation… » Aujourd’hui dans toutes les villes ou agglomérations où les citoyens ont été consultés et interrogés, 95 % s’opposent à cette publicité numérique agressive.

Serions nous à ce point en décalage avec nos concitoyens qui émettent quasi unanimement cette occupation néfaste de l’espace public.

Les élu.e.s écologistes et citoyenne ne vêtiront pas cette délibération visant à inonder notre ville de publicité numérique.

Remonter