Déconfinement : quid de la qualité des tests sérologiques, de la qualité de l’air et du lien social ?

Le premier concerne les tests

Il est tout à fait important que le développement économique de notre territoire soit soutenu et que, à l’occasion de cette crise, nous puissions nous appuyer sur nos entreprises de la filière santé, notamment dans le cadre de TIGA, Territoire de santé.

Mais ce soutien ne peut se faire à n’importe quel prix

J’attire à ce propos votre attention sur 3 aspects concernant ces tests sérologiques donc à partir d’une prise de sang :

  • à l’heure actuelle, ils ne sont pas homologués, c’est-à-dire qu’on n’est pas sûr de leur qualité. Il faut donc attendre avant de pouvoir les promouvoir
  • De plus, ils ne servent à rien du point de vue de la protection individuelle, ni si vous êtes protégés, ni si vous êtes contagieux, comme le rappelle la Haute autorité de santé notamment s’ils ne disent rien de la dose d’anticorps à partir de laquelle on est sûr de ne plus attraper ce virus.
  • D’un point de vue collectif, ils pourraient être intéressants, il est vrai, de savoir combien de personnes dans notre métropole, ont eu le virus, ce qu’on appelle l’immunité collective. à condition, comme je le disais avant, qu’ils soient de qualité. Et qu’il y ait des fortes garanties sur la protection de ces données médicales personnalisées. C’est pourquoi je ne suis pas sûre que la plateforme PRIeSM soit adaptée.

Aussi, soyons vigilants avant de faire la promotion de ces test aujourd’hui.

Le deuxième concerne les déplacements et les mobilités actives

Nous soutenons votre action pour faciliter la pratique de modes actifs, y compris de façon transitoire et saluons les services techniques qui ont avancé rapidement sur la question.

Nous comptons sur vous, Monsieur le Président, pour aller vite, et pour aller plus loin. Aménagements de parkings relais à vélos dans les parkings libérés actuellement, élargissement des trottoirs, piétonisation des abords des écoles, renforcement des cheminements piétonniers, abaissement de la vitesse : profitons de cette période de libération des voieries pour adopter de nouvelles habitudes ce qui facilitera leur pérennité.

Parce qu’il faut rendre pérennes ces aménagements : je fais remarquer que, avec les mesures de pollution actuelle, nous ne serions pas condamnés par la Cour de Justice de l’Union Européenne. Il n’est évidemment pas pensable de rester dans cette situation inhabituelle et inconfortable : il faut en sortir. Mais avec le risque de retour de la voiture individuelle, « il serait inacceptable de sortir demain de la crise du Covid 19 pour mourir de la pollution de l’air » comme le dit la lettre ouverte, reprise par les médias, que l’Alliance des collectivités pour la qualité de l’air que j’ai l’honneur de présider a adressé au Président Macron hier.

Dans la stratégie locale de déconfinement, peu de choses sont dites sur l’importance du lien social, de la nécessité d’adhésion de la population notamment aux gestes barrière. Celle-ci ne se gagne pas seulement par des tutoriels ou des contraventions -nécessaires. Elle se construit par les rencontres avec les gens, par un travail de proximité.

 

 

Remonter