Gratuité du stationnement : ne nous privons pas de recettes pour financer les mesures d’urgence

Conseil municipal du 08 juin 2020

Jeanne Barseghian, pour le groupe des élu.e.s écologistes

Point 2. Communication sur la situation financière de la ville de Strasbourg

Monsieur le Maire, mes cher.e.s collègues,

Après la période exceptionnelle que nous venons de vivre, et maintenant que les dangers de l’épidémie de Covid semblent enfin refluer, il était nécessaire de faire un point sur la situation financière de notre ville, qui a été durement touchée.

Je n’ai rien à redire sur les dépenses supplémentaires induites par la crise sanitaire, et je salue, comme les autres membres de mon groupe, les mesures indispensables qui ont été prises.

Je parle de l’achat de matériel de protection, protection des agent.e.s mais aussi de la population

Je parle bien sûr des primes versées aux agent.es mobilisées pendant la crise, et je tiens à saluer le professionnalisme et la solidarité exemplaires dont ils et elles ont faire preuve dans cette période difficile.

Le soutien par des aides directes ou indirectes aux personnes en difficulté (par exemple les aides aux familles des enfants privés de restauration scolaire)

C’est aussi la sécurisation des marchés alimentaires, qui nous ont tant manqué ces derniers mois, et qui ont impacté de nombreux producteurs et maraîchers locaux.

Ou encore le soutien aux cinémas dont nous parlerons plus loin dans notre ordre du jour.

Tout cela, il fallait le faire.

Par contre, sur la partie qui concerne les recettes en moins, je m’interroge sur un point.

Votre présentation signale la somme conséquente de 4,6 M€ de recettes de stationnement, qui ne rentreront pas dans les caisses de notre collectivité. Cela est dû à votre décision Monsieur le Maire, de mettre en place la gratuité totale du stationnement en voirie jusqu’à début juin, puis la gratuité pour les stationnements de moins de deux heures, jusqu’en septembre.

J’ai eu, avec des collègues, l’occasion d’interroger cette gratuité totale, qui est clairement une fausse bonne idée, elle-même dénoncée par les résidents et par des commerçants en raison du problème des voitures ventouse qui occupent l’espace public.

J’interroge également la gratuité partielle en période estivale, cette fois pour des raisons sanitaires. Nous savons bien que pendant l’été nous allons subir canicule et pics de pollution, pourquoi prendre une mesure qui risque d’aggraver la situation et ne protégera pas la santé des habitant.e.s ?

Monsieur le Maire, les commerçants et artisans font face à une crise économique majeure, et il faut les aider et les soutenir, par des aides directes mais aussi en travaillant avec eux sur l’accessibilité du centre ville. Cette mesure ne la garantit pas, mais elle  nous prive assurément de plusieurs millions d’euros dont notre collectivité aura bien besoin, pour financer les mesures d’urgence économiques et sociales, en ajoutant des risques sanitaires pour nos habitant.e.s.

Il y aurait eu bien d’autres manières de les accompagner que ce retour en arrière.

Remonter